2 - Tu ne profaneras point le nom du Seigneur, ton Dieu :

 

" Il sera d'abord dit ici ce qui est entendu par le Nom de Dieu, et ensuite ce qui est entendu par profaner ce Nom. Par le Nom de Dieu est entendue toute qualité laquelle Dieu est adoré ; car Dieu est dans sa qualité, et Il est sa qualité ; l'Essence de Dieu est le Divin Amour, et la Qualité de Dieu est par suite le Divin Vrai uni au Divin Bien, ainsi chez nous dans les terres c'est la Parole ; c'est pour cela aussi qu'il est dit dans Jean : " La Parole était chez Dieu, en Dieu elle était, la parole ", et par suite c'est aussi la doctrine du vrai réel et du bien réel d'après la Parole, car le culte est selon cette doctrine. Maintenant, comme la qualité de Dieu est multiple, car elle contient toutes les choses qui procèdent de Lui, Dieu a pour cela même plusieurs noms, et chaque nom enveloppe et exprime sa qualité en général et en particulier : En effet, il est nommé Jéhovah, Jéhovah Sébaoth, Seigneur, Seigneur Jéhovah Dieu, Messie ou Christ, Jésus, Sauveur, rédempteur Créateur, Formateur, Facteur, Roi et Saint d'Israël, Rocher et Pierre d'Israël, Schiloh, Schaddaï, David, Prophète, Fils de Dieu et Fils de l'homme outre plusieurs autres dénominations : tous ces noms sont le noms d'un seul Dieu, qui est le Seigneur ; mais lorsqu'ils sont employés dans la Parole, ils signifient toujours quelque Attribut universel Divin ou Qualité Divine distincte des autres Attributs Divins ou Qualités Divines. Il en est de même lorsqu'il est dit Père, Fils et Esprit Saint, c'est non pas trois mais un seul Dieu qui est entendu, ou non pas trois Divins mais un seul ; et Ce Trine, qui est Un, est le Seigneur. Comme chaque nom signifie quelque Attribut ou Qualité distincte, c'est pour cela que par profaner le Nom de Dieu, il est entendu profaner Sa Qualité et non pas le Nom lui-même : ce qui fait aussi que le Nom signifie la Qualité, c'est que dans le Ciel chacun est nommé selon sa qualité, et que la Qualité de Dieu ou du Seigneur est tout ce qui procède De Lui, par quoi on lui rend un culte. De là vient que dans l'Enfer, comme on n'y reconnaît aucune Divine Qualité du Seigneur, on ne peut nommer le Seigneur ; et que dans le Monde spirituel personne ne peut en prononcer les Noms que selon que le Divin du Seigneur est reconnu, car là tous parlent d'après le cœur, par conséquent d'après l'amour et d'après la reconnaissance qui provient de l'amour. 

 

Puisque par le Nom de Dieu il est entendu ce qui procède de Dieu et ce qui est Dieu, et que cela est nommé le Divin vrai et chez nous la Parole, cette Parole étant en soi Divine et très-sainte ne doit pas être profanée, et elle est profanée lorsqu'on en nie la sainteté, ce qui arrive lorsqu'elle est méprisée, rejetée et couverte d'outrages ; quand cela a lieu le Ciel est fermé et l'homme est abandonné à l'Enfer ; en effet, la Parole est l'unique moyen de conjonction du Ciel avec l'Église, c'est pourquoi lorsqu'elle est rejetée de cœur, cette conjonction est détruite, et l'homme étant alors abandonné à l'Enfer ne reconnaît plus aucun vrai de l'Église. Il y a deux choses qui ferment Le Ciel aux hommes de l'Église ; l'une est de nier le Divin du Seigneur, et l'autre de nier la sainteté de la Parole ; la raison de cela, c'est que le Divin du Seigneur est le tout du Ciel, et que le Divin Vrai, qui est la Parole dans le sens spirituel, fait le Ciel ; de là il est évident que celui qui nie l'un ou l'autre, nie ce qui est le tout du Ciel et ce par quoi est et existe le Ciel, et qu'ainsi il se prive de la communication, et par conséquent de la conjonction avec le ciel. Profaner la Parole est la même chose que blasphémer l'Esprit Saint, ce qui n'est remis à personne ; c'est pour cela même qu'il est dit dans ce précepte que celui qui profane le Nom de Dieu ne sera point laissé impuni. Le Second Précepte, tu ne profaneras point le Nom de Dieu, contient et renferme, dans ses trois sens, tout ce qui concerne le Divin quant à la qualité, car le Nom de Dieu signifie la qualité de Dieu ; dans le premier sens cette qualité est la Parole, d'après la Parole la doctrine, d'après la doctrine le culte de la bouche, et de la vie ; dans le second sens, elle est le royaume du Seigneur dans les terres, et le royaume du Seigneur dans les Cieux ; et, dans le troisième sens, elle est le Divin humain du Seigneur, car le Divin Humain est la Qualité du Divin Même ; que dans le sens suprême, le Divin humain du Seigneur soit le Nom de Dieu "

 

Emmanuel Swedenborg