La Très Ancienne Eglise

"Voyez : J'étais déjà là au commencement du monde pour créer toutes choses à cause de vous, et pour vous créer à cause de Moi."

 

" Il m'a été accordé par la Divine Miséricorde du Seigneur, de converser non seulement avec ceux que j'avais connus pendant qu'ils vivaient dans le corps, mais même avec ceux qui, dans la Parole, sont plus renommés que les autres; et même aussi avec ceux qui ont été de la Très-Ancienne Église, de cette Église qui est appelée Homme ou Adam, et aussi avec quelques-uns de ceux qui ont appartenu aux Églises qui succédèrent à la Très-Ancienne. Cette permission m'était accordée pour que j'apprisse que par les Noms que renferment les premiers Chapitres de la Genèse on entend seulement des Églises, et pour que je connusse quels ont été les hommes des Églises de ce temps. Ce qui va suivre est donc ce qu'il m'a été accordé de savoir sur les Très-Anciennes Églises. Ceux qui ont été de la Très-Ancienne Église appelée Homme ou Adam, et qui ont été des hommes célestes.

 

La Parole, dans l'Église Très-Ancienne qui existait avant le déluge, était une Parole non écrite, mais révélée à quiconque était de l'Église, car les Très-Anciens furent des hommes célestes, ils furent par conséquent dans la perception du bien et du vrai, comme les Anges avec qui même ils étaient en société; ainsi ils eurent la Parole inscrite dans leurs cœurs. Comme ces Très-Anciens étaient célestes et en société avec les Anges, toutes les choses qu'ils voyaient de leurs yeux et saisissaient par quelque autre sens, étaient pour eux des représentatifs et des significatifs des choses célestes et spirituelles qui sont dans le Royaume du Seigneur; de sorte qu'à la vérité ils voyaient de leurs yeux ou saisissaient par quelque autre sens les choses mondaines et terrestres, mais d'après elles et par elles leur pensée s'occupait de choses célestes et spirituelles; c'est ainsi, et non autrement, qu'ils ont pu parler avec les Anges, car les choses qui sont chez les Anges sont célestes et spirituelles, et quand elles se présentent à l'homme, elles tombent dans les choses analogues qui sont chez l'homme dans le monde; que les choses qui sont dans le monde représentent et signifient celles qui sont dans les cieux, c'est ce qui a été montré depuis le Premier Chapitre de la Genèse jusqu'ici. De là sont venus les Représentatifs et les Significatifs qui, lorsque la communication avec les Anges commença à cesser, furent recueillis par ceux qui sont entendus par Hénoc, ce qui a été signifié par ces paroles, - Gen. V. 24. - « Hénoc marcha avec Dieu et il ne (fut) plus, parce que Dieu le prit. »

 

Le Seigneur même, après la Résurrection, expliqua aussi aux disciples ce qui avait été écrit de Lui dans Moïse et dans les Prophètes, - Luc,XXIV. 27. - et montre ainsi qu'il n'y a rien d'écrit, dans la Parole, qui ne le concerne Lui, son Royaume et l'Église: ce sont là les spirituels et les célestes de la Parole; mais les choses que contient le sens de la lettre sont, pour la plupart, des choses mondaines, corporelles et terrestres, qui ne peuvent nullement constituer la Parole du Seigneur. Aujourd'hui, tels sont les hommes, qu'ils ne perçoivent absolument que ces sortes de choses, à peine savent-ils en quoi consistent les spirituels et les célestes. Il en était bien autrement de l'homme de la Très-Ancienne Église et de Église Ancienne; s'il vivait aujourd'hui et qu'il lût la Parole, il ferait attention, non au sens de la lettre, qu'il verrait comme nul, mais au sens interne. Ceux qui ont appartenu à ces Églises sont extrêmement étonnés que quelqu'un perçoive autrement la Parole. C'est aussi pour cela que tous les Livres des Anciens ont été écrits de manière que dans le sens intérieur ils présentaient autre chose que dans la lettre. "

 

Divers extraits des Arcanes Célestes, d'Emmanuel Swedenborg