Mis à jour chaque dimanche; articles basés sur des sujets spirituels sous l'éclaircissement de la Nouvelle Parole. 

La Voix du Père venant du ciel

09/07/2019

La Voix du Père venant du ciel

Extrait du Grand Evangile de Jean, Jacob Lorber

 

Aussitôt, nous nous rendîmes auprès des neuf, et Je les fis coucher de façon que leurs visages regardent vers le haut et que leurs têtes soient relevées. Lorsqu'ils furent ainsi installés, Je dis à Marc : « Verse-leur à chacun quelques gouttes de vin dans la bouche. » Ce qui fut chose facile, car ils avaient tous la bouche ouverte. Lorsque ce fut fait, Je dis à toute l'assistance : « Venez, et s'il en est parmi vous qui soient peu convaincus, qu'ils s'assurent que ces neuf hommes sont parfaitement morts ! »

Parmi les trente Pharisiens convertis, il y avait aussi un médecin qui savait bien reconnaître si un corps était vraiment mort. Celui-ci s'avança et dit : « Ce n'est pas parce que j'ai le moindre doute sur leur mort que je vais examiner ces noyés, mais pour témoigner de façon irréfutable, en tant qu'expert et homme de l'art, que les neuf sont parfaitement morts. » Là-dessus, il les palpa tous les neuf, observa leurs yeux et le faciès hippocratique, signe sûr de la mort complète et de l'extinction complète de toute vie physique.

Quand le médecin, après l'examen le plus approfondi, ainsi qu'après le té-moignage de tous ceux qui vinrent reconnaître la véracité et la validité de son diagnostic, eut rendu son jugement à haute voix, ajoutant ces mots : « Non seulement maintenant, mais dès hier, une heure après être tombés à l'eau, ils étaient aussi parfaitement morts qu'ils le sont à présent ! À en juger par leur faciès et par l'odeur, la décomposition a même déjà commencé. Aucune science, force ou puissance humaine ne peut ramener ces neuf hommes à la vie. Cela n'est possible qu'à Celui qui, au jugement dernier, fera sortir les morts des tombeaux et les rappellera à la vie ! »

Je dis : « Afin que, sur ce témoignage valide du médecin, vous reconnaissiez pleinement la gloire du Père dans le Fils de l'homme, J'en appelle au Père et Je dis : "Père, glorifie Ton nom !" »

À ces mots, beaucoup entendirent comme une voix de mille tonnerres : « Je l'ai glorifié en Toi, Mon très cher fils ; car c'est en Toi que Je trouve Ma juste satisfaction ! Que les hommes T'entendent ! »

Beaucoup perçurent ces mots, mais bien d'autres n'entendirent que le tonnerre et se demandèrent comment le tonnerre avait pu gronder. Mais ceux qui avaient entendu les paroles dans le tonnerre témoignèrent de ce qu'ils avaient entendu, et les autres s'en émerveillèrent et dirent : « C'est étrange ! Nous n'avons pourtant entendu que le tonnerre — mais puisque plusieurs d'entre vous ontentendu les mêmes paroles, alors nous le croyons aussi bien que si nous les avions perçues nous-mêmes. Mais il s'ensuit également que le maître qui est ici n'est en fait que le fils, et non le Père saint et tout-puissant qui demeure au ciel et que nul homme ne peut voir, ne pouvant que lui parler à certains moments sacrés. Ainsi Moïse était-il lui aussi un fils du Très-Haut, car lui aussi a donné des signes extraor-dinaires, et il en était de même des autres prophètes ; ce Nazaréen doit donc seulement être le plus grand de tous les prophètes, puisqu'il a accompli les plus grands signes et les plus nombreux. »

Murel, qui avait fort bien entendu, dit : « Non, vous vous trompez ; vous commettez là une très grande erreur ! Qui a devant Moïse annoncé par l'esprit du Seigneur un nouveau Moïse, qui un Elie, qui un Samuel, et qui chacun des quatre grands prophètes ? Ils ont été comme en passant éveillés par Dieu et ont prophétisé ! Et qui ont-ils annoncé avant tout ? Précisément Celui qui est à présent devant nous ! La voix que nous venons d'entendre comme un puissant tonnerre est tout aussi parfaitement la Sienne que celle par laquelle Il nous parle de Sa bouche de chair ! La seule différence est celle-ci : lorsqu'il nous parle de Sa bouche de chair, Il nous parle en tant qu'homme, tandis qu'avec Sa voix de tonnerre Il Se fait entendre comme Celui qui fut, est et sera éternellement, qui a créé tout ce qui existe et qui, sur le Sinaï, a donné les Lois au peuple au milieu des éclairs et du tonnerre. C'est aussi pourquoi à Lui seul tout est possible, en particulier qu'il ait pu, par un suprême amour pour nous, Ses enfants, devenir un homme comme nous, sans quoi Ses enfants qu'il aime par-dessus tout n'auraient jamais pu, de toute éternité, Le voir ni Le reconnaître pleinement ! »

Je m'avance alors vers Murel et lui dis : « Tu as très bien fait, Mon fils ! Tu as véritablement percé à jour la vérité, et tu as instruit ceux qui n'y voyaient pas très clair selon la plus parfaite vérité. C'est pourquoi tu seras pour Moi un instrument puissant contre les Juifs et les païens ; et ta récompense au ciel ne sera pas mince !

La résurrection de la chair La Transfiguration