Mis à jour chaque dimanche; articles basés sur des sujets spirituels sous l'éclaircissement de la Nouvelle Parole. 

Différence entre l'Amour et la Foi

10/05/2019

Différence entre l'Amour et la Foi

"Cependant, le vin commençait à délier les langues, et on s'animait de plus en plus autour des tables. Plusieurs opinions furent même émises à Mon sujet, et l'on eût dit que c'était là un premier schisme qui avait lieu pendant ce repas. Quelques-uns affirmaient que J'étais sans intermédiaire l'Être tout-puissant de Dieu ; d'autres cependant disaient que J'étais bien cela, mais indirectement et non directement. D'autres encore disaient que Je n'étais en réalité qu'un fils de David par Mes origines et que, étant destiné à être le Messie du royaume de David, J'étais pourvu de la puissance miraculeuse de David et de la sagesse de Salomon. D'autres enfin pensaient que J'étais un des principaux anges du ciel, à présent incarné sur terre pro forma [pour la forme], et que J'avais auprès de Moi un aide venu lui aussi du ciel.

Certains, auxquels Mes apôtres eux-mêmes se rallièrent en partie, déclarèrent que J'étais le Fils du Très-Haut. Selon eux, J'avais certes les mêmes qualités que Mon Père, mais J'étais une tout autre personne, et l'Esprit de Dieu dont il était si souvent question était peut-être finalement lui-même une troisième personne qui, dans certains cas, avait son petit mot à dire en toute indépendance !

Toutefois, très peu se trouvaient d'accord avec cette dernière opinion. Certains demandèrent alors l'avis de Pierre.

Pierre répondit : « Le Seigneur Lui-même nous a demandé, tandis que nous parcourions cette contrée, ce que les gens croyaient qu'il était, et enfin ce que nous pensions nous-mêmes à Son sujet. Là aussi, il y eut différentes opinions, et quand ce fut enfin mon tour d'être interrogé, j'ai dit franchement ce qui me venait au coeur : "Tu es le Fils du Très-Haut !" Et Il fut parfaitement satisfait de ce témoignage et dit même que j'étais un roc de foi sur lequel Il bâtirait Son Église, que les portes de l'enfer ne pourraient plus jamais vaincre. L'opinion que j'ai exprimée alors a donc été approuvée et confirmée par Lui-même, et je n'ai donc pas tort de m'y tenir comme un roc ! »

Quant à Jean, son opinion différait très sensiblement de celle de Pierre, et il dit : « En Lui demeure corporellement la plénitude de la divinité ! Je ne reconnais Son corps en tant que Fils, qui n'est et ne peut toutefois être une autre personne, que dans la mesure où il est le moyen d'une fin ; mais dans Sa totalité, Il est pourtant identique à la divinité qui demeure tout entière en Lui !

Ou bien mon corps serait-il par hasard une autre personne que mon âme ? Les deux ensemble ne forment-ils pas un seul homme, même si mon âme a d'abord dû se constituer ce corps au début de mon existence et si l'on peut dire à bon droit : l'âme a érigé au-delà d'elle-même un second homme matériel et donc installé autour d'elle une seconde personne ? On peut certes dire que le corps est le fils de l'âme ou qu'il a en quelque sorte été fabriqué par l'âme, mais il ne constitue pas pour autant une seconde personne vis-à-vis d'elle, ou même sans elle ! Et l'on peut encore moins dire cela de l'esprit à l'intérieur de l'âme ; car que serait donc une âme qui n'aurait pas en elle l'esprit divin ? C'est seulement par lui qu'elle devient un être humain accompli, lorsqu'elle s'est entièrement imprégnée de lui ! Alors, esprit, âme et corps sont bien et parfaitement une seule et même personne !

De plus, il est écrit : "Dieu a créé l'homme parfait à Sa mesure et à Son image." Mais si l'homme, en tant qu'image parfaite de Dieu, ne constitue avec son esprit, son âme et son corps qu'un seul homme et non trois, il faut pourtant bien que Dieu, en tant qu'esprit originel absolument parfait pourvu d'une âme tout aussi parfaite et à présent également d'un corps visible à nos yeux, soit Lui aussi un seul Dieu et en aucun cas un triple Dieu, encore moins un Dieu en trois personnes séparées ! — Voilà mon opinion, à laquelle je me tiendrai toujours sans pour autant prétendre être un roc de foi ! »

À Ma table, tous disent : « Jean a bien parlé ! »

Mais Pierre veut à présent se corriger et dit : « Oui, je pense comme toi ; seulement, je ne suis pas assez bon parleur pour pouvoir si vite exposer ce que j'ai compris intérieurement, sans compter que cette question sera toujours assez difficile à comprendre ! »

Jean dit : « Difficile, et pourtant facile ! Selon ta manière, il est certain qu'aucun homme sur cette terre ne la comprendra jamais, mais selon la mienne, je crois que ce sera très facile ! Cependant, le Seigneur seul peut être à présent un juste arbitre entre nous ! »

Je dis : « La foi peut beaucoup, mais l'amour peut tout ! Toi, Simon Juda, tu es certes un roc dans ta foi ; mais Jean est un pur diamant dans son amour, et c'est pourquoi il voit plus loin que n'importe lequel d'entre vous. C'est pourquoi également il est Mon véritable scribe ; Je lui donnerai à mettre par écrit bien des choses qui demeureront une énigme pour vous tous ! Car dans un tel amour, beaucoup de choses trouvent place, mais dans la foi seulement certaines, car la foi signifie : "Jusqu'ici et pas au-delà !" Fiez-vous donc à ce que dit Mon bien-aimé ; car il Me transmettra au monde dans toute Ma perfection ! »

Là-dessus, Pierre se trouve un peu embarrassé, et il en gardera toujours quelque jalousie secrète envers Jean. C'est pour cette raison que même après Ma résurrection, quand J'appelai Pierre pour lui demander de Me suivre et de guider Mes brebis, il se formalisa de ce que Jean aussi Me suivît sans que Je l'eusse appelé, ce que, comme on le sait, Je reprochai alors à Pierre, et c'est aussi à cette occasion que J'ai promis à Jean une complète immortalité — d'où est venue la croyance populaire selon laquelle ce disciple ne devait jamais mourir, même corporellement.

Cependant, Pierre demandait à Jean comment il faisait pour toujours montrer une compréhension et une connaissance bien plus profondes que les siennes, à lui, Pierre.

Jean répondit alors : « Vois-tu, je ne suis pas dans ta tête et toi pas dans la mienne, et je ne peux donc m'appuyer sur rien pour déterminer pour quelle raison mon point de vue est plus valable et plus juste que le tien ! Mais puisque le Seigneur Lui-même vient de le dire à haute voix devant nous, à savoir que c'est la différence entre la foi et l'amour, prends cela comme la réponse à ta question ! Car le Seigneur seul peut sonder l'intérieur de l'homme et son coeur, et Il doit donc aussi savoir très exactement quelle est la différence entre nos sentiments. »

 

Grand Evangile de Jean, Jacob Lorber

L'Infini du Père en Jésus Christ Les Descendants du roi David